Syrie, "tiens, et si on accusait encore Israel?!"

Publié le par mais_si

Alors que la Syrie parle de désir de paix avec Israël en échange des territoires du Golan, rien n´empêche ce premier d´accuser à tort et à travers sans craindre un désengagement des accords.

---------------

Attentat de Damas : la Syrie accuse Israël
Les autorités syriennes ont accusé, dimanche, l’Etat hébreu d’être le «principal bénéficiaire» de l’attentat à la voiture piégée perpétré samedi matin à Damas, au cours duquel dix sept personnes sont mortes, et quinze autres ont été blessées, tandis que de très lourds dégâts matériels ont été constatés sur place.

Le ministère syrien de l’Intérieur a notamment annoncé qu’il s’agit de «l’attaque visant des civils la plus sanglante depuis les années 1980», autrement dit depuis la vague d’opérations terroristes lancées à cette époque par la branche syrienne du mouvement des Frères musulmans.
Le véhicule, qui d’après les premiers éléments de l’enquête contenait deux cents kilos d’explosifs, se trouvait non loin d’un local appartenant aux services de sécurité, dans une rue très fréquentée, à une intersection menant à l’aéroport international de Damas et vers le tombeau de Sayyeda Zeinab, petite-fille du prophète de l’islam vénérée par les chiites du monde entier.
Le ministre de l’Intérieur, le général Bassam Abdel Majid, a indiqué, dans la soirée de samedi, que «toutes les victimes sont des civils», ce qu’a démenti le journal arabe A-Sharq al-Awsat, publié à Londres, selon lequel un officier de l’armée syrienne, qui était accompagné de son fils, a trouvé la mort au cours de l’explosion, laquelle visait un bureau du Renseignement syrien, et plus particulièrement son «département palestinien».
Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem, a condamné, depuis New York où il effectue actuellement une visite, «un acte terroriste et criminel» et affirmé, selon plusieurs agences de presse de Damas, que «ce sont les Israéliens qui avaient intérêt à ce qu’un tel massacre soit froidement organisé dans les rues de la capitale».

source: http://www.israel-infos.net/article.php?id=1883

----------

Comme à l´accoutumer l´info ne tarde pas à s´afficher pour démentir les déclarations de la Syrie:

-----------

Un officier supérieur et son fils figureraient parmi les victimes

L’arroseur arrosé ? L’attentat de Damas aurait été commis par Al-Qaïda en Irak

La Syrie passe du statut de "base arrière" d’Al-Qaïda à celui de "terre de Jihad" 

 Le site "Nowlebanon" cite des sources syriennes selon lesquelles l’attentat de Damas aurait été commis par un kamikaze appartenant à Al-Qaïda en Irak.

Selon la même source, c’est « un kamikaze Irakien qui est récemment entré en Syrie, qui aurait commis l’attaque de ce samedi ». Depuis son arrivée en Syrie, il aurait contacté plusieurs membres d’Al-Qaïda basés dans ce pays. Cet attentat serait ainsi lié à la politique syrienne qui a renforcé le contrôle sur les réseaux islamistes depuis l’ouverture française sur Damas, et depuis l’engagement des négociations indirectes avec Israël. Le régime s’était engagé à mettre un terme à sa politique antérieure en Irak et à ouvrir une ambassade à Bagdad. Ce qui affaiblit considérablement Al-Qaïda, en Mésopotamie, alors qu’elle bénéficiait jusque-là du territoire syrien comme une base arrière, avec l’aval de Damas. Désormais, Al-Qaïda reconsidère sa position et transforme la Syrie de « base arrière et logistique » en « terre de Jihad ». La même source syrienne précise que « les autorités syriennes ont lancé une vaste campagne contre des suspects, dès l’explosion de la voiture piégée. Plus de trente cinq personnes ont été arrêtées ».

Cependant, des rumeurs circulent en Syrie et dans certaines capitales arabes, notamment dans le Golfe, évoquent une autre hypothèse selon laquelle « la voiture piégée qui a explosé à Damas était en route vers l’Irak ». Elle aurait explosé accidentellement. Pour cacher cette réalité, Damas tente de prendre les devants et d’accuser un kamikaze Irakien. Pourtant, Walid Al-Moallem, le ministre syrien des Affaires étrangères, a affirmé cet après-midi depuis New York que « la sécurité en Syrie est tenue et parfaitement assurée ». Ainsi, il reconnait indirectement la responsabilité du régime dans l’attentat, puisque « personne ne peut introduire des terroristes en Syrie ». Ce qui revient à dire que l’arroseur est arrosé. Le régime a exploité le terrorisme en Irak et au Liban. Il a exporté tellement de voitures piégées dans les deux pays, que l’une de celles-ci lui a explosé entre les mains.

MediArabe.info samedi 27 septembre 2008 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
tient puisque tu pense que l'infos sur les femmes en israel sont fausse et que JAMAIS amnesty international n a parler de ca et ben j'ai trouver une infos sur AMNESTY international qui parle de l'ésclavage sexuelle en israel:
Chaque année, plusieurs centaines de femmes et adolescentes victimes de la traite sont amenées de l'ex-Union soviétique pour travailler dans l'industrie du sexe en Israël. La plupart d'entre elles sont alors victimes d'atteintes à leurs droits fonda-mentaux. Aux termes de la législation israélienne, presque toutes ces femmes sont des étrangères en situation irrégulière, ce qui les rend particuliè-rement vulné-rables. Dans bien des cas, les femmes victimes de la traite dans les pays de l'ex-Union soviétique sont achetées et vendues en Israël pour d'importantes sommes d'argent ; certaines sont maintenues en servitude pour dettes. Beaucoup de femmes sont séquestrées par leurs «propriétaires» dans des appartements dont elles ne peuvent sortir sans être accompagnées. Selon certaines sources, les passeports des femmes victimes de la traite sont confisqués pour les empêcher de quitter Israël. Ces femmes sont souvent menacées, notamment de viol et d'autres formes de sévices sexuels, ou victimes de tels agissements. Le droit international relatif aux droits humains dispose que les États sont respon-sables de la protection des individus contre les atteintes à leurs droits fonda-mentaux commises par des personnes privées. Le gouvernement israélien n'a toutefois pris aucune mesure idoine pour empêcher les atteintes aux droits fonda-mentaux des femmes victimes de la traite ni pour enquêter sur de telles pratiques et engager des poursuites débouchant sur des sanctions à l'encontre des responsables. En outre, les femmes victimes de la traite peuvent être renvoyées contre leur gré dans des pays où elles risquent d'être victimes de violations de leurs droits fondamentaux. Aucune procédure de demande d'asile n'existe en Israël bien que le pays ait ratifié la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Les femmes victimes de la traite et d'atteintes à leurs droits fondamentaux sont généralement traitées comme des délinquantes par les différents organismes gouvernementaux israéliens avec lesquels elles sont en contact plutôt que comme des victimes de telles pratiques. Beaucoup d'entre elles sont placées en détention à la suite de descentes de la police israélienne dans des maisons de prostitution ou des salons de massage. Les femmes victimes de la traite sont habituellement maintenues en détention dans les locaux de la police ou dans la prison de Neve Tirza en attendant leur reconduite à la frontière ; elles ne sont que rarement remises en liberté sous caution. Certaines sont détenues pendant de brèves périodes, d'autres sont incarcérées plus longtemps, dans certains cas sur la base d'un arrêté du ministère de la Justice qui les empêche de quitter le pays avant d'avoir témoigné dans le cadre d'une procédure pénale. Beaucoup de femmes emprisonnées ont subi des traumatismes physiques et psychologiques considérables. Il n'existe toutefois aucun service spécialisé, par exemple d'aide psychologique, qui soit en mesure de répondre aux besoins spécifiques des femmes victimes de la traite. Les responsables gouvernementaux israéliens affirment qu'il est difficile de traduire en justice les auteurs d'atteintes aux droits fondamentaux des victimes de la traite. La législation israélienne et la pratique, notamment l'application stricte à ces femmes des lois relatives à l'immigration, les dissuadent d'engager des procé-dures. Beaucoup de femmes ont peur de déposer une plainte auprès de la police israélienne ou de témoigner en justice car elles craignent d'être emprisonnées ou expulsées et d'être victimes de nouvelles atteintes à leurs droits fondamentaux, en Israël ou à l'étranger. Le gouvernement israélien a pris quelques initiatives, notamment dans le domaine législatif, en vue de combattre les atteintes aux droits des femmes originaires des pays de l'ex-Union soviétique victimes de la traite ; ces mesures sont toutefois insuffisantes. Au vu des obligations d'Israël découlant des traités internationaux, Amnesty International recommande au gouvernement israélien d'examiner la manière dont les organismes publics réagissent à ces atteintes aux droits fonda-mentaux et de mettre en œuvre une stratégie commune afin de coordonner et de rendre efficaces les efforts des autorités pour empêcher de telles pratiques et pour mener des enquêtes débouchant sur des poursuites et des sanctions. L'Organi-sation appelle également à une coopération renforcée au niveau international entre Israël et les gouvernements des pays de l'ex-Union soviétique et des pays de transit, en vue de combattre les atteintes aux droits fondamentaux des femmes victimes de la traite.
suite: http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE15/017/2000/fr/dom-MDE150172000fr.html
Répondre
M

Reconnait au moins que même avec cet article, on est loin de la religion qui favorise le viol, ce dont il était question au préalable.

Pour en revenir à cet article, déjà il se contredit l´espace du résumer que tu ramènes, en premier lieu, il prétend que le gouvernement ne fait rien pour empêcher les atteintes, puis plus
bas, que le gouvernement n´en fait pas assez.

En Israel, les immigrants de l'ex-Union soviétique sont un grand problème, nombreux sont ceux (et celles) qui se sont fait passés pour Juifs en apportant avec eux la prostitution, les israeliens ne
sont pas responsables du maintien en servitude pour dettes, que ces femmes ont contracté avec leur proxénète.

Au début de l´article il est dit:"Selon certaines sources, les passeports des femmes victimes de la traite sont confisqués pour les empêcher de quitter Israël. 

À la fin de l´article il est dit:"lors de reconduite à la frontière, ces victimes là refusent".

Beaucoup de contradictions dans cet article, comme celui de dire qu´il n´y a aucun soutien psychologique puis plus bas qu´il en existe.

Tout les pays du monde ont un problème avec la prostitution, Israel a en plus de celui-ci celui de la guerre avec ses ennemis arabes qui en plus en rajoutent une couche avec celui des passeurs de
drogue.

voici un article:

En 10 ans la Mafia russe s' est étendue à travers le monde comme une traînée de poudre,s'établissant en concurrent ou en partenaire solide des autres groupes criminels.
Elle a pris ces quartiers à New York dans le quartier de Brooklyn et de Little Odessa mais aussi à Los Angeles qui abrite la deuxième plus importante colonie russe aux Etats-Unis, elle s' est
installée en Israël et implantée sur la côte d'azur, à Londres à Berlin à Prague et à Anvers sans oublier Amsterdam , l'Espagne et l'Amérique du Sud.